Este site usa cookies de análise para coletar dados agregados e cookies de terceiros para melhorar a experiência do usuário.
Leia a Política de privacidade completa .
EU ACEITO

Logo UISG Piazza di Ponte Sant'Angelo, 28 | 00186 Roma, Italia | Tel: 0039 06 68 400 20 | Mob: +39 3441734506 | coordinator@talithakum.info

| | | |

NOTÍCIAS

DE VOLTA

18 Outubro 2021

Témoignage de Sr. Maria Luisa Puglisi, AASC - Répresentante régionale de l'Europe

Je suis Luisa, une Sœur Adoratrice, italienne qui vit actuellement à Madrid. J'ai connu les Sœurs Adoratrices à Rome lorsque j'étudiais à l'Université. Le thème de la traite des êtres humains était un sujet d'étude pour moi, qui est devenu au fil du temps, une expérience de vie pour de nombreuses femmes, un long chemin. Dès les débuts dans la Congrégation, j'ai vécu dans une communauté, partageant ma vie avec des femmes victimes de la traite. Ce n'est donc pas tant une motivation qu'un choix de vie dans un charisme spécifique, qui est né pour accompagner les femmes victimes de la prostitution, de la traite et d'autres formes d'exclusion et d'exploitation.

Qu'est-ce que cela signifie pour vous de travailler contre la traite des êtres humains dans un contexte européen ? Quels sont, selon vous, les principaux défis et opportunités ?

Nous vivons en Europe, pays d'origine, de transit et de destination, il est donc important de se coordonner, de se mettre en réseau, d'analyser les causes sociales, économiques et politiques de ce phénomène qui n'est plus seulement l'affaire de certains pays. Un réseau européen est une grande opportunité, car il nous permet d'échanger des expériences, des connaissances, des stratégies et des collaborations.

Veuillez partager quelques expériences de votre service avec des survivants de la traite des êtres humains et des personnes en situation vulnérable

Au fil des années, j'ai vécu de nombreuses expériences. Je pense à une femme qui avait tant souffert parce qu'elle avait été vendue par sa propre famille et qui, après avoir été sauvée, a pu étudier, construire une famille, se marier, avoir des enfants, se sentir intégrée dans un nouveau pays, une nouvelle culture, une nouvelle langue. Je considère qu'il s'agit d'un grand engagement personnel, d'une résilience, où elle a fait l'expérience que la mort n'a pas le dernier mot... Espérant contre tout espoir, elle avait encore confiance en elle et en la vie. Combien de fois ai-je entendu des femmes dire "Je me sens sale", puis, lever lentement la tête, et regarder devant elles sans crainte.

Quelles sont les leçons de vie que ce service vous a enseignées et que signifie pour vous le fait de faire partie de Talitha Kum ?

L'art de la patience, de l'écoute, de la confiance nécessaire pour se sentir membre d'une grande famille. Combien de fois on apprend assis à une table de six, sept ou même huit nationalités et parfois de deux ou trois continents ! Nous devons travailler en réseau, nous ne pouvons rien faire seuls.

En guise de conclusion

Comme le disait notre fondatrice, Sainte Maria Micaela : "Le monde est un tabernacle pour moi".

 

 

 

A REDE
NO MUNDO

As redes de Talitha Kum encontram-se en todos os continentes e coordenam os esforços contra o tráfico de pessoas de 50 redes intercongregacionais organizadas em nível nacional-local; e 10 redes de coordenação conjuntamente diferentes países articuladas em nível regional.

* Dados do Censo de Talitha Kum 2021

SUBSCREVER PARA
NOSSA NEWSLETTER

PRIVACY

Idioma em que você deseja receber na newsletter

“Quando as teias da aranha se juntam,
elas podem amarrar um leão”

(provérbio Etíope)