Este site usa cookies de análise para coletar dados agregados e cookies de terceiros para melhorar a experiência do usuário.
Leia a Política de privacidade completa .
EU ACEITO

Logo UISG Piazza di Ponte Sant'Angelo, 28 | 00186 Roma, Italia | Tel: 0039 06 68 400 20 | Mob: +39 3441734506 | coordinator@talithakum.info

| | | |

NOTÍCIAS

DE VOLTA

14 Julho 2022

FRÈRE JORGE WALDER, FMS, DU RÉSEAU KAWSAY

Je suis le frère Jorge Walder d'Argentine, j'appartiens à la congrégation des frères maristes et je fais partie du réseau Kawsay depuis 2017. Les deux premières années étaient à Buenos Aires, puis trois ans en Uruguay, et depuis février de cette année, de retour dans la ville de Buenos Aires.

Qu'est-ce que cela signifie pour vous de travailler contre la traite des êtres humains dans votre contexte et quels sont les plus grands défis ?

La traite des êtres humains en Argentine concerne principalement l'exploitation sexuelle et l'exploitation du travail. La première est devenue plus aiguë pendant la pandémie que nous avons connue ces deux dernières années. De nombreuses femmes sont retournées dans la rue, pour se tenir aux coins des rues, car il n'y a pas d'autre source de travail, et beaucoup ont eu recours à des sites en ligne, comme Onlyfans par exemple. Le recrutement se fait désormais principalement par le biais des réseaux sociaux. Comme dans le reste du monde, les hommes sont les plus grands exploiteurs de femmes et de filles. Bien qu'il existe en Argentine des lois qui punissent ces crimes, les peines restent dérisoires (dans le cas où la personne est traduite en justice) ou le système judiciaire est complice de cette exploitation. C'est pourquoi il est essentiel de former à la prévention, à la mise en lumière du phénomène et à la sensibilisation contre la traite. Travailler avec les enfants, les adolescents et les jeunes pour qu'ils apprennent à prendre soin d'eux-mêmes et à reconnaître les risques éventuels auxquels ils sont confrontés, notamment dans les réseaux sociaux où ils sont présents. Un autre défi reste de sensibiliser et de former l'Église elle-même et les différentes familles religieuses sur la question. Comment provoquer l'indignation et, par conséquent, une réponse audacieuse dans l'Église face à cette situation fragile ? Il est urgent de provoquer un dialogue grâce auquel toutes nos pratiques sont revues, en particulier dans la pastorale des vocations et dans les maisons de formation et les séminaires.

Partagez certaines de vos expériences les plus belles et les plus douloureuses dans le travail et l'accompagnement des victimes et des survivants de la traite des êtres humains.

Depuis le milieu de l'année 2020, je travaille avec l'œuvre des sœurs oblates à Montevideo, CasAbierta. Mon volontariat consistait à aider certaines femmes à améliorer leur niveau d'alphabétisation et de mathématiques afin qu'elles puissent obtenir leur certificat d'études primaires. Deux fois par semaine, je travaillais avec elles ; en raison du contexte de pandémie, les cours étaient personnalisés et les femmes, avant ou après mon atelier, recevaient un soutien psychologique ou social de la part des professionnels du projet. Le fait de faire partie d'un processus où les femmes étaient aidées à construire leurs projets de vie a été très guérissant pour moi. Reconnaître que je faisais partie de leur vie, mais que je leur étais en même temps étranger. Je pense que la plus grande douleur est le sentiment de frustration qui découle du fait de ne pas voir les progrès auxquels on pourrait s'attendre ou de ne pas réussir à se sortir de situations d'exploitation. Une fois, pendant une discussion avec une sœur, celle-ci m'a dit : « Nous avons tous en nous ce complexe du super-héros qui croit qu'il va sauver toutes les victimes et que, en même temps, elles vont construire un projet de vie dont elles nous seront toujours reconnaissantes. » Si l'on ajoute à cela le fait d'être un homme, le complexe est encore plus important. Travailler avec des femmes en situation de prostitution ou de violence m'a aidé à comprendre que je ne suis ni meilleur ni pire qu'elles ; qu'elles et moi apprenons simplement ensemble à surmonter les difficultés. Je dispose peut-être de plus d'outils pour le faire, et le défi sera de continuer à apprendre comment accompagner sans envahir. Aider l'autre personne à choisir librement ce qu'elle veut pour sa vie, tout en sachant comment accompagner ces décisions par des relations plus saines.

Qu'avez-vous appris de cet engagement et que portez-vous dans votre cœur ?

Le plus grand apprentissage reste d'être reconnaissant envers mes sœurs du réseau. Il n'est pas facile d'être un homme dans un espace presque exclusivement féminin. Je ne me sens pas unique ou spécial, ce serait trop arrogant de le penser. Mais mes sœurs m'acceptent comme je suis et m'apprennent qu'il est important d'impliquer tout le monde dans la lutte contre la traite. Elles m'ont aidé, et continuent de m'aider, à écouter, à être patient et à croire qu'une autre vie est possible pour les victimes, et les femmes victimes m'ont appris à les valoriser et à les accepter. Je pense que la peur d'être rejeté parce que je suis un homme ou d'être étiqueté comme un exploiteur de plus est toujours en moi. Mais, tout comme elles ne l'ont pas fait avec moi, je ne peux pas me laisser guider par des préjugés ou des « et si ».  Elles continuent à me conduire sur le chemin de l'humilité et de l'empathie, pour elles et leurs combats.

Vous faites partie de la formation pour devenir un leader Talitha Kum contre la traite des êtres humains.

Participer au cours de leadership Talitha Kum, qui en est à sa troisième édition, me permet de faire partie d'une communauté mondiale de sœurs et de laïcs qui luttent contre la traite des êtres humains. En écoutant des sœurs d'autres continents, je peux reconnaître les mêmes luttes, frustrations et triomphes. Sur le plan personnel, c'est un grand défi que de continuer à s'engager à sensibiliser et à renforcer les capacités contre la traite. Depuis l'Amérique latine, nous nous sentons davantage en réseau grâce au travail de ces trois dernières années. Si l'on ajoute à cela la possibilité de réaliser un projet commun pour cette année, la possibilité de toucher davantage d'adolescents et de jeunes augmente. Nous devons et nous avons besoin de faire avancer l'Appel à l'Action que Talitha Kum lance et nous lance. Un monde plus juste et sans traite est l'affaire de tous.

A REDE
NO MUNDO

As redes de Talitha Kum encontram-se en todos os continentes e coordenam os esforços contra o tráfico de pessoas de 50 redes intercongregacionais organizadas em nível nacional-local; e 10 redes de coordenação conjuntamente diferentes países articuladas em nível regional.

* Dados do Censo de Talitha Kum 2021

SUBSCREVER PARA
NOSSA NEWSLETTER

PRIVACY

Idioma em que você deseja receber na newsletter

“Quando as teias da aranha se juntam,
elas podem amarrar um leão”

(provérbio Etíope)