Piazza di Ponte Sant'Angelo, 28 | 00186 Roma, Italia | Tel: 0039 06 68 400 20 | coordinator@talithakum.info

FACEBOOK | YOUTUBE | TWITTER

NOUVELLES

EN ARRIÈRE

29 Mars 2019

Réunion et formation à Alexishafen, Papouasie Nouvelle Guinée, 1er mars 2019

Rapport aimablement fourni par Sr Colleen Jackson, membre du Comité de coordination international de Talitha Kum, représentante de l'Océanie

 

Contexte

Il n’existe actuellement aucun réseau de religieux contre la traite des êtres humains en Papouasie-Nouvelle-Guinée et aux Îles Salomon. Sr. Colleen Jackson a accepté l'invitation de la Fédération des religieux de Papouasie-Nouvelle-Guinée et des Îles Salomon (FOR), représentant plus de 40 ordres religieux locaux et internationaux de PNG et des Îles Salomon, à organiser un atelier pour les religieux locaux. Cinquante-cinq personnes y ont assisté, y compris des dirigeants de FOR et des religieux locaux invités à participer à l'atelier.

 

Contenu

Gardant à l'esprit que des facteurs historiques, pastoraux, culturels et politiques uniques sont impliqués dans la traite des personnes en PNG / SI, nous avons veillé à engager les participants dans un processus de réflexion et de dialogue tout au long de l'atelier. Les modes de présentation comprenaient PowerPoint, vidéos, réflexions individuelles, le partage, le travail de groupe et les questions / réponses. Une gamme de documents imprimés, y compris des copies des Orientations pastorales sur la traite des êtres humains et du calendrier ACRATH 2019, ont été fournis.

Le contenu présenté comprenait:

  • Introduction à Talitha Kum et ACRATH
  • Définition de la traite des êtres humains et de l'esclavage moderne
  • Les divers visages de la traite des êtres humains / de l'esclavage moderne, à travers l'utilisation d'extraits de films
  • Identification par les participants de la traite des êtres humains et de l'esclavage moderne dans leur expérience actuelle.
  • Examiner les rapports 2018 sur la traite des personnes («rapport TIP») pour la PNG et les Îles Salomon.
  • Divergences entre la loi de la PNG relative à la HT et son application
  • Examen des proclamations du pape François sur l’HT et discussion sur l’orientation pastorale sur la traite des êtres humains récemment publiée (Section des migrants et des réfugiés du Vatican).
  • Rôle des réseaux, y compris Talitha Kum et ACRATH. Exemples de projets d’ACRATH axés sur une gamme d’activités pertinentes et réalisables.
  • Travail de groupe étendu pour décrire les pratiques actuelles et locales en matière de HT et identifier les moyens par lesquels les religieux / FOR pourraient réagir.

 

Réflexion

Cet atelier a été accueilli avec un enthousiasme et un engagement considérables pour examiner le sujet. L’engagement dans les activités de groupe était ciblé et productif.

Les facteurs culturels et politiques locaux jouent un rôle important dans la capacité ou non à modifier les problèmes de traite des êtres humains, notamment:

  • La corruption parmi les politiciens, les autorités locales et même certaines agences de l’Église. Le détournement de fonds et la corruption sont fréquents. Les participants ont déclaré qu'ils ne savaient souvent pas à qui ils pouvaient faire confiance. Des mesures peuvent parfois être prises avec un risque personnel pour la sécurité.
  • Pratiques culturelles ou locales de longue date, par exemple vente d'épouses et d'enfants pour le sexe, vente ou adoption forcée d'enfants à des parents - lorsqu'ils ne sont pas rarement traités comme des esclaves, mariage forcé.
  • Choix limité et pouvoir d’achat d’aliments et de vêtements (peu d’option pour choisir sans esclavage).
  • Les pratiques en matière d'emploi, en particulier dans les usines, les mines, la pêche et la foresterie ne semblent pas inclure de protections complètes pour les travailleurs. Les opportunités d'emploi sont limitées et les gens sont désespérés, donc l'exploitation est facile à maintenir.
  • Niveaux élevés de violence à certains endroits.
  • Le grand manque général de compréhension de la part de religieux et de la communauté vis-à-vis de l’existence de la traite des êtres humains, ou l’identification de pratiques connues comme étant de la HT.

Les communautés religieuses ainsi que les religieuses individuelles ont l'habitude, depuis longtemps, de venir en aide à certaines victimes d'injustice, notamment d'abus et de traite des êtres humains. Plusieurs congrégations gèrent des abris pour filles et femmes où un asile est fourni ainsi qu'une éducation et une formation professionnelle. Les femmes et les hommes religieux sont depuis longtemps des forces importantes pour le bien dans cette région. Ils sont dignes de confiance et généralement respectés. De nombreux participants ont raconté qu’ils étaient confrontés à des injustices - parfois au prix de grands risques personnels - et qu’ils offraient sécurité et abri aux personnes menacées. Ils ont également reconnu qu'il est difficile d'effectuer un changement - pour bon nombre des raisons énumérées ci-dessus.

 

Quelques résultats clés de la visite

  • Les niveaux de sensibilisation à la traite des êtres humans ont été améliorés.
  • Les participants ont identifié de nombreuses pratiques communes telles que l’HTA et / ou l’esclavage moderne.
  • Il est possible de sensibiliser davantage le public, en particulier dans les écoles, les paroisses, les cliniques médicales et les lieux de travail.
  • Reconnaître qu’une formation plus poussée des religieux aiderait.
  • La prise de conscience que la formation d'un réseau de religieux contre HT renforcerait la capacité de défendre et de soutenir.
  • Intention de soulever la possibilité que la Conférence des évêques catholiques locale établisse un bureau pour les migrants et les réfugiés (pour inclure la traite).
  • Bien que la corruption soit généralisée, des efforts peuvent être faits pour faire pression sur les politiciens «bons / honnêtes».
  • Désir de poursuivre la formation de ceux qui sont intéressés à mener la lutte contre la traite des êtres humains.

Conclusion

La traite des êtres humains et les pratiques analogues à l'esclavage constituent de graves préoccupations en PNG et aux Îles Salomon - les deux pays étant des pays d'origine, de destination et de transit pour les trafiquants. Les religieux des deux pays sont depuis longtemps profondément engagés à reconnaître l'exploitation et l'injustice, à réagir pour l'éliminer et à prendre soin de ses victimes.

Dans le même temps, ils reconnaissent que la traite des êtres humains a reçu peu d’attention dans leur pays, que la sensibilisation est très limitée et que les réponses possibles sont compliquées par des obstacles sociaux, culturels et politiques complexes.

Le FOR a reconnu la nécessité d'un éventail de réponses, notamment:

  • Sensibilisation dans toute la communauté - y compris les ordres religieux et l'Église au sens large.
  • Education et formation des leaders.
  • Plaidoyer auprès des politiciens honnêtes.
  • Formation d'un réseau de religieux.

LE RÉSEAU
DANS LE MONDE

Talitha Kum est présent dans 77 pays sur les 5 continents: 13 en Afrique, 13 en Asie, 17 en Amérique, 31 en Europe et 2 en Océanie. Les réseaux de Talitha Kum: 43 réseaux nationaux: 8 en Afrique, 10 en Asie, 16 en Amérique, 7 en Europe et 2 en Océanie. 7 coordination régionale: 2 en Amérique latine, 3 en Asie, 1 en Europe et 1 en Afrique

S'ABONNER À
NOTRE NEWSLETTER

PRIVACY

Langue dans laquelle vous souhaitez recevoir dans la newsletter

“Quand les araignées rejoignent leurs filets,
elles peuvent abattre un lion”

(proverbe Éthiopien)